Le blog maçonnique “réuni & rectifié”
de L'Ami de la Rose
\ \ \    \ \ \    \ \ \

Règle latine des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte

Le 10 mars 704 (ou le 23 mars 2017 de l'E\V\) par L'Ami de la rose


Parmi les textes fondamentaux et fondateurs du Régime Ecossais Rectifié, sont principalement connus des francs-maçons rectifiés : le Code des Loges réunies et rectifiées, la Règle en neuf points [1] et le Code général des CBCS. Mais, il manque, à ces trois textes, un quatrième, pourtant tout aussi fondamental, qui complète le Code général des CBCS et qui éclaire sur le rôle que les CBCS doivent activement tenir dans la Cité.

Ce quatrième texte, arrêté le vendredi 4 décembre 1778, lors du Convent général des Gaules organisé à Lyon, est intitulé : la Règle des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte.

Si le titre du texte était connu de quelques chercheurs du Régime Ecossais Rectifié, son contenu restait lui jusque-là inconnu, car le texte avait tout simplement été égaré [2]. Et pourtant, la mention de ce texte est clairement indiquée, à plusieurs reprises, dans le rituel de vestition d'un nouveau chevalier...

J'ai eu le plaisir, à la fin de l'année 2016, de tomber, par hasard, sur une numérisation de ce texte, en consultant l'application Google Livres :



Ce texte imprimé, de 8 pages, est composé d'un prologue et de 12 articles. Placé en appendice du Code général des CBCS, son contenu est écrit en langue latine, que les Chevaliers allemands de la Stricte Observance appréciaient (ce qui semblait être moins le cas des Français...). Le signataire du texte est Jean de Turckheim, Eques Johannes a Flumine, Chancelier de la Ve Province, dite de Bourgogne.


B.F. et Jean de Turckheim [3]


Si ce texte numérisé provient de la bibliothèque municipale de Lyon, il n'est pas possible de le retrouver au sein du Fonds Willermoz (ce qui explique sans doute pourquoi beaucoup de chercheurs ne l'aient pas repéré). Sa version d'origine est en effet conservée au sein de la Collection Jésuite des Fontaines [4].

Estimant que ce texte méritait d'être connu des francs-maçons rectifiés, j'ai entrepris des recherches sur celui-ci. Mon ami et frère Jean-François Var a pu traduire la version latine en langue vernaculaire (nous devons tous lui en être très reconnaissant et lui témoigner notre gratitude pour ce laborieux travail !). De mon côté, en sus de reconstituer l'histoire de ce texte, qui puise ses origines dans d'autres textes plus anciens, j'ai pu rappeler son utilisation théorique au sein des cérémonies du Régime...

Le résultat de toutes ces recherches (dont la traduction en français du texte) paraîtra, prochainement, au sein de la revue Renaissance Traditionnelle, dans un article dédié à cette Règle.

A toute fin utile, pour ceux qui souhaiteraient pouvoir commencer à lire l'un des douze articles de cette Règle, nous signalons que l'ouvrage intitulé Grand Armorial des CBCS contient une version française de l'un de ces articles... :)

Puisse, à terme, cette Règle être connue des francs-maçons pourvus des plus hauts grades du Régime... Car ses articles, en plus d'être fort intéressants et instructifs, devraient être respectés, avec stricte observance, par tous les Chevaliers de l'Ordre intérieur, selon leur état civil...

- - - - -

Notes :

[1] Voir notre article lié : Les deux esquisses de la Règle maçonnique.

[2] Le texte ne semble être en effet en application dans aucun Grand Prieuré. En tout cas, jusqu'à preuve du contraire, nous n'avons reçu aucune preuve de son utilisation.

[3] E. Lehr. L'Alsace noble suivie de le livre d'or du patriciat de Strasbourg ..., 1870. Volume 3. p.164

[4] BM de Lyon, bibliothèque de la Part-Dieu. Collection Jésuite des Fontaines, cote SJ R 309/6.

L'Ami de la Rose



S'abonner

Catégories


Archives



Mes livres



Grand Armorial des CBCS (2017)


Sites utiles


Blogs amis